THE expo(s)

TRU378746_610px

Il y a les faiseurs de style. Et puis, il y a des créateurs avec une vision, un jusqu’auboutisme en phase avec leur statut de génie. Alexander McQueen faisait partie de ceux-là. D’où l’urgence absolue (si, comme moi, vous aimez prendre un bain d’excellence, de rêve, de perfection) de visiter l’expo SAVAGE BEAUTY du V&A Museum de Londres (jusqu’en août prochain). D’abord pour plonger dans l’oeuvre de ce créateur magnifique. Mais aussi parce que la scénographie (envoûtante et presqu’angoissante, à l’image de McQueen) est carrément sublime. J’ai notamment adoré la bande son qui vous fiche des frissons, dès les premières minutes. Et j’aurais pu rester des heures dans la salle centrale (un cabinet de curiosités géant) rempli d’écrans, de chaussures et de bijoux.

A voir aussi (pour compléter l’expérience): Working Process, l’expo de Nick Waplington (à voir à la Tate Britain), un photographe qui a suivi McQueen pendant la conception de sa toute dernière collection de prêt-à-porter (A/H 2009).  De quoi vous convaincre que McQueen avait la création inscrite dans les gênes et que son travail relevait de l’urgence d’exprimer, au travers du beau, sa vision (jamais joyeuse, mais toujours troublante, touchante, interpellante) du monde.

Deux rendez-vous qui changent notre idée de la mode et (encore mieux) des expos de mode. 

Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.