À la table d’un Bonamy

Ferme de Lormay - Dressing light

Parce qu’à la montagne, il n’y a pas que la tartiflette*, escale gourmande avec une toute bonne adresse. De celles qui se refilent sous le manteau – et qu’il faudra donc garder pour vous. ;-)

Au Grand-Bornand, j’ai dîné dans un chalet. Pas façon Disney. Un authentique de 1786. Son propriétaire – qui ne date pas de la même époque – a été formé à l’école des grandes tables. Chez lui, c’est là qu’il vous reçoit, Albert Bonamy a choisi de jouer la carte du bon produit et du tout fait maison (jusqu’au fumage du saumon).

Ça aurait pu s’appeler Comme chez soi, parce qu’on s’y sent un peu comme ça, ou chez Albert, mais ça s’appelle La ferme de Lormay, en référence au lieu; une adresse qui n’a pas vraiment besoin de publicité, même perdue au fond de la vallée.

On y mange à 18 maxi – autant dire qu’il vaut mieux réserver – une cuisine régionale, généreuse comme à la montagne.

Perso, quand je vais au resto, il y a l’assiette et il y a le reste. Ici, tout était juste… parfait. Parfait parce que pas maniéré ou millimétré, justement.

Parfait parce qu’Albert, il l’aime sa cuisine. Et quand il y a de l’amour, forcément, ça se goûte. La terrine de champignons, magique. Les côtelettes de marcassin grillées dans l’âtre de la cheminée, à se damner.

Parfait parce qu’Albert, il l’aime son restaurant. Et quand il y a de l’amour, forcément, ça se ressent. Du coup, on s’y sent bien. Et on a envie de prendre le temps d’apprécier le moment.

Bref, si vous cherchez une table hors les pistes, celle-ci est plus que recommandable.

PS: Lorsqu’Albert vous amènera ses digestifs de l’amitié – aussi maison que le reste – sachez que l’alcool à la vipère, ça a du retour.

* Au fait, Marie, savais-tu que la tartiflette est une invention des producteurs de Reblochon qui remonte aux années 80?

Ferme de Lormay - Albert Dressing light- Albert Bonamy

Stéphanie Zawadzki

Stéphanie, 34 ans, journaliste, webmaster et geekette de charme. Une fana de web, de mode et de photographie en pleine phase de tri.

Comments are closed.