Et surtout, qu’on me MENTHE

IMG_0943

Je ne suis pas une aventurière. Pas du tout. Oui, je confesse: je préfère les trolleys aux sacs à dos, les draps amidonnés aux nuits sous tente et les salles de bain design aux douches communes.

La bonne nouvelle, c’est que lorsque je dis « oui » à un voyage de presse, je suis plutôt vernie. Les mauvaises surprises sont rares. Revers de la médaille: les (bonnes) surprises aussi. Tout est minuté, calculé, booké jusqu’au moindre ticket de métro.

Sauf… lorsque ça dérape. Cette semaine, je me suis envolée pour le Maroc. Au programme: une mini immersion dans la culture du safran. En fait, RIEN ne s’est vraiment passé comme prévu: le vol a été retardé de 6 heures une première fois (pour un trip de 48 heures, c’est pas mal), puis encore repoussé de 6.

A ce stade, on pouvait déjà distinguer plusieurs catégories de voyageurs: les vrais aventuriers qui, franchement, en ont vu d’autres et qui, surtout, VOULAIENT voir le Maroc, les obsédés de l’organisation qui ont jetté le gant et sont rentrés chez eux avant l’annonce du « plan d’urgence »*

Et puis, il y avait moi: un peu indécise, comme d’habitude. C’est fou ce que ce genre d’évènements vous éclaire sur le vrai profil des gens. Finalement, je suis restée, convaincue que ce trip, à défaut de ressembler à celui qu’on m’avait vendu sur papier, allait de toute façon m’offrir de jolies surprises.

Comme ce riad ZITOUNE où nous avons passé la première nuit. Moins formaté que les grands hôtels de luxe, ce joli complexe de campagne m’a permis de me baigner sous la lune avec, en cadeau, les parfums d’un jardin marocain au printemps . Ou le Beldi Country Club, un paradis terrestre à quelques minutes en voiture de Marrakech. Un lieu où je reviendrai forcément pour un Virgin Mojito (du tonnerre de dieu) , un soin des pieds tradi au Spa by beldi et un plongeon dans le long bassin en pierre.

Un voyage, même complètement chamboulé, c’est TRAVEL DETOX…

Parce que le vol du retour à nouveau postposé, le début de tornade sur Ouarzazate et les trop longues heures coincée dans une jeep ne comptaient plus en comparaison avec les jolies rencontres qui ont émaillé ce trip, les paysages marocains - toujours sublimes - et ce parfum de menthe... L'une des raisons qui expliquent que j'aime tellement revenir au Maroc.

* Un voucher de 16 euros valable dans tout l’aéroport qui a créé une mini émeute chez les vacanciers. Allez comprendre…

Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.