Pas pour épater la galerie

IMG_0294

De cette toile (THE EAR) de Michaël Borremans, j’ai envie de vous dire qu’elle dégage autant de mystère que de beauté fragile. De dos, cette jeune fille aux cheveux magnifiquement exécutés – comme seuls les peintres classiques que l’artiste admire tant savent le faire – nous fascine, autant qu’elle nous émeut. Vit-elle un un moment de joie intense ou, au contraire, de profond malaise? Difficile à dire. Mais le moins qu’on puisse dire, c’est que le spectateur n’a qu’une envie: s’immobiliser de longues minutes devant le tableau comme pour s’en imprégner tout entier.

Oui, j’aurais pu vous dire tout ça. Sauf que j’ai changé d’avis. Parce que Michaël Borremans n’est pas un artiste qui cherche à …. épater la galerie. Et qu’on ne va pas voir son oeuvre pour ça, non plus. Si son travail est à découvrir d’urgence, c’est que le Gantois est un peintre d’aujourd’hui. Un peintre bien dans son époque (et dans la nôtre). Dont la grâce dans le coup de pinceau n’a rien de ringard, ni de vieux-jeu. C’est un artiste qui peint le quotidien avec une force qui pousse à la fois au « wouaw » et au questionnement métaphysique. Et tout ça en un dixième de seconde.

L’oeuvre de Michael Borremans est CULTURE DETOX

Parce que son approche NO NONSENSE change de bien des choses produites actuellement. Et que c'est un vrai bonheur de tomber sous le charme d'un artiste belge, reconnu dans le monde entier et enfin salué par une grande expo chez nous.

AS SWEET AS IT GETS, Michaël Borremans, BOZAR, jusqu’au 03/08. www.bozar.be.

Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.