Pas de Cartier?

6319819-9530301

Ma mère voulait aller voir l’expo Henri Cartier Bresson à Beaubourg. Le tout Paris veut aller voir l’expo Henri Cartier Bresson à Beaubourg. Du coup, ça bouchonne sec à l’entrée de Beaubourg. Moi aussi, j’voulais, mais sans plus. Cartier Bresson, Doisneau et toute la clique, c’est juste des images un peu gentilles, genre Le Baiser de l’Hôtel de Ville, non?

Et bien… non. Contre toute attente (enfin si: une attente de 30 minutes devant la porte. Mais bon, pas trop grave: il y a wifi*), cette expo, c’est de la bombe. D’abord parce que le baiser en question, c’est Doisneau et pas Cartier Bresson. Ensuite parce que pour secouer notre cerveau engourdi et nos petites certitudes, cet accrochage est un must.

Engagé, grand voyageur, fondateur de l’agence Magnum, Cartier-Bresson m’en a bouché un coin. D’un coup de déclencheur, ce photographe a su créer des clichés qui les effacent tous, les clichés.  Et donner un sens à des expressions aussi inspirantes que celle de Breton « Forme tes yeux en les fermant ».

Alors oui, ses photos de rêveurs diurnes m’ont époustouflées. Tout comme « l’érotique voilée » de ses personnages recouverts d’un drap, d’un voile ou d’une couverture qui nous parlent bien plus que s’ils se montraient à nous en entier. Et quand il dit que c’est le cinéma qui lui a « appris à voir », je me dis que je n’en ai pas encore fini d’ouvrir mes mirettes.

Henri Cartier Bresson, c’est CUTURE DETOX…

Parce qu'un homme qui vous donne une telle leçon de vie avec juste un LEICA se doit de faire l'objet d'une grande expo qui se mérite. Peut-être même que la file d'attente fait partie intégrante de la détox.

* Connectez vous au réseau Le Georges (comme le resto chic du sixième): plus fort que le wifi de Beaubourg!

Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.