Over the top

VISTADIFERENT

La semaine dernière, j’ai fait un truc de dingue (que personne ne rigole): j’ai conduit toute seule dans Barcelone. Alors, oui, je sais: dit comme ça, ça semble ridicule. Mais je peux vous jurer que pour l’angoissée du volant que je suis, c’est une sorte de petit miracle. Un miracle qui m’a vraiment donné envie de recommencer.

Le truc, c’est qu’en fait, je suis une grande rêveuse: incapable de fixer mon attention sur un itinéraire plus de 10 secondes. Du genre à zieuter une vitrine de boutique, un détail d’archi, une fille lookée qui passe ou un resto qui a l’air dément et… d’oublier tout le reste. Du coup, dès que je quitte ma zone de confort (4000 Liège, belgique), je passe la main le volant.

Cette fois, c’était différent. Puisque l’idée, c’était justement de tester une voiture, la Mii by Mango. Une voiture de fille signée SEAT et brandée Mango. Et qui dit duo espagnol dit destination en phase avec  l’ADN de ces deux marques: Barcelone, une ville que je ne connais finalement très peu, mais qui évoque instantanément le soleil, les tapas et… l’art de vivre (bien).

Coincée entre mes 3 compagnons de voyage (qui se sont bien fichus de moi, mais bon), j’ai donc conduit cette petite citadine coquette (normal: ce sont deux designeuses qui ont signé la couleur et l’habillage intérieur) dans les rues de Barcelone. Et je dois dire que j’ai aimé cette sensation de liberté (liberté assistée, mais liberté tout de même)…

Le top du top (et là, je ne parle pas du chouette toit ouvrant), ce sont les adresses que j’ai pu tester en bonus: Boca Grande (dans le quartier d’Eixample): une incroyablimissime cantine/café/bar cocktail avec des toilettes de dingue (peut-être les plus belles que j’ai vues de toute ma vie) et Santa Eulalia, à deux pas de là: un lieu créé en 1843 et remodelé par l’architecte newyorkais William Sofield. J’y ai repéré une jolie sélection de fringues, des parfums de niche, des livres d’art, un café, une terrasse…

Mon verdict (je parle comme les vrais journalistes de bagnoles): une escapade très détox au volant d’une petite voiture mimi et accessible. Et la (re)découverte d’une ville où je retournerai plus longtemps, c’est certain. D’abord pour reboire ce petit vin pétillant de l’apéro. Comment c’était le nom déjà?

Jeans Flare blanc et sandales Mango, veste à franges Unfleur chez Cachemire Coton Soie.

Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.