No brushing in this area

main.original

Moi aussi, chère Halle, il m’arrive souvent de fouler le tapis rouge de sortir sans être coiffée. Mais comme je n’ai pas une tignasse naturellement texturée (ça y est, je cause comme les coiffeurs), mais bien des cheveux d’ange (j’ai bien dit des cheveux…), les miens ne tiennent pas au dessus de mon crâne façon néo-punk.

Du coup, je le suis pour de vrai… pas coiffée. Pourtant, c’est pas faute de confier ma tête aux pros les plus doués du royaume. Mais ça ne change rien. Je ne connaitrai jamais le plaisir des filles ultra brushées 365 jours par an. Quand je fais dans le super court, passe encore. Sauf que je fantasme sur le carré des autres.

Et dès que mes cheveux poussent, je ressemble à une sous-douée du sèche-cheveux. Le genre qui croit que Babyliss, c’est une marque de nourriture pour nouveaux-nés. Bref, mes cheveux, ça craint. Pourtant (ça doit être mon tempérament optimiste qui veut ça), je continue à y croire.

Demain, c’est certain, je  tenterai probablement de convaincre l’un des mes amis coiffeurs de me faire une Halle*. Inutile de préciser que quoi qu’il parvienne à réaliser sur ce qui me sert de tignasse, je serai incapable de le reproduire. Pas de Hall(e) of fame pour moi dans ce registre-là.

* Je viens d’inventer le look: court, punk sur le dessus et classe sur les côtés. Trop cool, quoi.

Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.