Ma nouvelle cantin-à-moi

Maman photo 029

Quand je suis allée diner chez Stéphanie je m’attendais à bien manger dans un resto trendy et joliment fréquenté. Un classique de la Cité Ardente Après, j’ai du revoir ma copie… Et, dans la foulée, j’ai carrément pris rendez-vous avec la chef pour papoter avec elle de l’âme de sa Cantina.

La Cantina, c’est une histoire de famille. Une saga liégeoise qui dure depuis 20 ans (l’anniversaire est pour ce mois de juillet). Qui a le goût des Dolomites, l’esprit terrien de la Gaume, le charme d’un moulin ardennais, l’élégance d’un potager féminin, la grâce d’un lieu plein d’histoire(s), la simplicité de ceux qui aiment recevoir, partager, donner.

Aujourd’hui, après un passage de flambeau opéré, il y a une poignée d’années, c’est Stéphanie qui est à la tête du restaurant créé par son papa. Un amoureux de la cuisine généreuse et du terroir de la femme de sa vie, une Italienne originaire des Dolomites. Lui, c’était un homme de la Gaume, passionné de belles et bonnes choses. A leur fille, ce couple va transmettre la rigueur de ceux qui ne veulent que le meilleur. Petite, Stéphanie passe du temps au milieu des poules dans la campagne italienne de ses grands-parents, mais aussi dans des hôtels et des restaurants de charme un peu partout en Europe. De ses expériences, elle retient le bon gôut des choses. Pas encore comment les faire. Ca, ça viendra plus tard.

Plus tard, c’est-à-dire après des études d’art dramatique à Paris, la naissance de sa fille, la découverte de la vie à la campagne et la création d’un potager. L’amorce d’une philosophie de vie. Alors, quand elle reprend la Cantina, il lui reste à peaufiner son style, à y ajouter sa touche, à maitriser les lasagne au ragout de papa, à inventer des plats à elle… Tout ça en conservant l’âme d’un lieu où l’on s’attable sans nappe et sans chichi. Où parler avec ses voisins de table est une évidence (une chance sur deux qu’on les connaisse au moins de vue).  Un lieu où les murs sont couverts d’affiches et de tableaux, où le jardin crie ‘Italie », où l’on vous sert avec une gentillesse non feinte.

La Cantina, c’est aussi une chef qui ne trouve pas que la cuisine santé se limite à du quinoa aux algues multi protéinées, qui sait faire rimer « bio » et « vino rosso », « de saison » et « trop bon », … Stéphanie ne dit pas « non » aux fraises en février. Mais juste « des fois » parce que c’est la Saint Val’ et que l’amour est un concept avec lequel elle ne rigole pas. Pour le reste, elle réfléchit tout le temps. A ne pas cuisiner n’importe quel poisson, à ne pas abuser de la crème (ou alors de la toute bonne de chez Bioferme à Werbomont), à servir du pain maison préparé avec une farine du moulin d’Odeigne (l’un des derniers en activité et plus pour lontemps) et… à bien nourrir les gens de son équipe (ses complices)….

La cuisine de la Cantina, c’est FOOD DETOX…

Parce qu'une cuisine du coeur, à la fois riche en émotion et saine en profondeur, c'est une cuisine qu'on aime partager. En toute simplicité. Encore et encore. Toujours.

 

 

 

 

 

 

 

Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.