Leçon de philo

10698693_10152712788132420_3726354087000174060_n

Je pourrais vous parler de ce reste de soleil d’été qui squattait la terrasse, du côté cool et relax des clients, du verre de Sancerre que j’ai bu ce samedi-là (quand je bois du vin à midi, c’est vraiment le week-end). Je pourrais dire que la carte est bien fichue avec un focus sur les tartares que j’adore. Et que vu que c’est le concepteur de Rouge Tomate (avenue Louise) qui est derrière cette cantine, c’est forcément bon signe.

Mais c’est finalement de la première page de la carte dont j’ai vraiment envie de vous parler. Car chez Montaigne, c’est une phrase de… Montaigne (Michel de) qui donne le ton. Une phase qui m’a un peu fait réfléchir, j’avoue. Parce qu’à force de causer lifestyle, de transformer tout ce que je découvre en chroniques ou en news, j’en oublie souvent… de vivre, tout simplement.

Et c’est un truc (vivre à fond) dont on devrait se souvenir plus souvent. Pas trop se prendre la tête, ni le chou, faire en sorte de profiter de vrais moments avec les gens qu’on aime. Planquer notre ordi/portable au fin fond de notre sac. Et se dire que c’est peut-être la dernière terrasse de l’année. Bref, se laisser aller. Reprendre un autre verre de vin ou un macaron du pâtissier maison…

Une terrasse au Montaigne, c’est FOOD DETOX…

Parce que ce portrait de Montaigne par l'artiste belge Jean-Luc Moerman est en phase avec ce lieu qui fait réfléchir, l'air de rien. Qui donne envie de ralentir la cadence, de profiter, de savourer, de vivre.

 

Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.