Le fauxsumérisme, c’est détox?

_S5C75484

C’est The Intelligence Group, un cabinet de tendances américain qui a lancé le mot, il y a un mois. Lancé le mot et… jeté un pavé dans la mare. Enfin, non: sur la toile. Le point de départ: une étude réalisée auprès de 1.300 jeunes de la génération numérique. Le fauxsumérisme, ce serait donc leur nouveau passe-temps favori: remplir des paniers  sur internet sans terminer le processus d’achat en fin de shopping.

Mmmmm. Je fais pas un peu ça, moi? Quand je passe 2 heures sur netaporter, Farfetch, mytheresa ou thecorner à remplir mon panier de fringues sublimes. Puis, qu’au moment d’encoder les données de ma carte bancaire, une petite voix me dit: « tu ne vas pas dépenser tout ça, tout de même? » Elle a raison, la petite voix. Mais le pire dans tout ça, c’est qu’en plus d’avoir été coupée net dans mon élan d’e-shopping, j’ai perdu deux heures. DOUBLE FRUSTRATION!

Deux heures pendant lesquelles j’aurai pu me faire une toile, voir une copine, lire un bouquin… Bref où j’aurais pu VIVRE une vie normale de non-consommatrice. Alors, OK: ce n’est évidemment pas très malin de claquer un mois de salaire en une fois dans un temple du luxe virtuel, mais ce n’est pas beaucoup plus malin d’y trainer en pure perte. Ca, ça me rappelle ma mère (une intello pur jus) qui me répète souvent que le fait que le shopping soit devenu un hobby la dépasse…

En fait, plus le temps passe, plus je réalise que je deviens comme ma mère. Ca y est, je suis grillée…. Non, disons juste que je suis et resterai une dingue de mode, une fantatique de la nouveauté, une obsédée du buzz MAIS que faire les boutiques ne me branche plus trop. Ou alors si, quand je le fais avec une ambition de « chercheuse pro ». Si vous me demandez de vous donner mes 10 meilleures adresses à Paris ou à Los Angeles, là, c’est différent. Ou si je dois trouver THE cadeau parfait en une heure dans un magasin avec une vraie vision. Là, il y a une sorte de mission derrière. Et ça, j’adore.

Le fauxsumérisme, c’est PAS FASHION DETOX…

Parce que rien ne remplace la balade dans un vrai magasin. Pour moi, le net est juste un lieu d'achat. Pas de vie. Un truc à réserver aux cas où vous ne pouvez shopper votre coup de coeur que là. Et rien que là.
Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.