La réponse en images

garry-winogrand-met-museum.sl.3.garry-winogrand-exhibition-ss01

Il photographiait souvent les couples. Pour tenter de décrypter les secrets de l’amour parfait. Je ne sais pas si c’est ce petit détail qui explique que cette expo (à voir au Musée du Jeu de Paume jusqu’au 8 février prochain) m’a à ce point captivée, mais ça se pourrait bien.

La quête de Garry Winogrand, c’est un peu la mienne. Souvent, je me surprends à disséquer les attitudes des amoureux. J’écoute ce qu’ils se disent, comment ils se le disent. S’ils se frôlent souvent, s’ils rient, s’ils papotent, s’ils se parlent à l’oreille.

Dans les expos photos, je fais pareil. Même dans les tableaux, je cherche des traces d’amour. Je pourrais même, je crois, aller jusqu’à traquer des signes d’intimité entre deux êtres dans un tableau abstrait. Du coup, les portraits de rue de Winogrand m’ont complètement subjuguée, forcément.

Devant ses photos, j’ai carrément eu envie de mettre le son. Car si cette expo offre, au delà de ces portraits d’amoureux, un magnifique panorama de la société américaine des années 50 aux années 80, les couples de Winogrand restent, à mon sens, l’un des points forts de la sélection.

Les couples de Winogrand, c’est CULTURE DETOX…

 »Parce

 

 

Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.