J’peux pas. J’ai PISCINE

slim-aarons-poolside-gossip-richard-neutra-Yellowtrace

Entre les piscines et moi, c’est une vraie histoire d’amour. Et je ne vous parle pas uniquement de l’époque bénie où chaque virée à la pistoche se transformait en pool party version eighties. Vous sous souvenez : les séances de drague en maillot Speedo avec orgie obligatoire de chips Croky à la sortie du bassin.

D’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours été accro à l’eau chlorée. Ce qui m’oblige d’ailleurs souvent à me balader dans la rue avec des yeux de brochet pas frais (merci les produits désinfectants) ou, pire encore, avec des marques de lunettes incrustées dans les joues. Une petite consolation qui va soulager les fans de brasse, toutefois: le maillot UNE PIECE signe son grand retour. Mon préféré de l’été: le Too Cool For School des Filles a Papa.

C’est clair: ma passion ne connait guère de limite: ces dernières années, je me suis carrément spécialisée en piscines d’hôtels. Dans un registre carrément jouissif (et très luxe), j’ai notamment testé la piscine du Mandarin Oriental à Paris: un bassin entouré de fleurs fraîches où vous enchaînez les longueurs entourée de papillons projetés sur les murs: ludique, poétique et magique. Tout comme celui dessiné par Stark au Royal Monceau: le plus long de Paris. Un décor blanc, des miroirs, des voilages… Le rêve.

Et puis, il y a les piscines outdoor qui s’inscrivent dans le paysage… Comme le long couloir en béton du Wu Wei à Courtrai: aussi zen que le lieu, lui-même. Le top: y plonger super tôt et nager en écoutant les petits oiseaux chanter. Mon prochain objectif: celle du MOLITOR à Paris. Bien que complètement rénovée, elle s’inscrit dans la tradition des piscines qui ont une histoire: comme les bassins de la Sauvenière à Liège (maintenant Cité Miroir) ou la piscine de Roubaix devenue musée.

LES PISCINES, c’est TRAVEL DETOX…

Parce que chacune raconte une histoire: celle des gens qui y ont batifolé, celle du jardin dans lequel elle s'inscrit, celle de son architecte. La preuve que j'ai raison: Slim's Riviera, la double expo consacrée, cet été, au photographe Slim Aarons, passionné, lui aussi, par les piscines mythiques. Dont celle du Cap Eden Roc à Antibes*. Une de plus sur ma liste.

* www.oetkercollection.com.

Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.