Il y a (pas) photo!

IMG_20150131_142546

L’Allemagne, c’est sympa. Et même si les ultra bobo ne vont jamais me croire ;-), il n’y a pas que Berlin qui mérite le déplacement. Ce week-end, je suis à Düsseldorf: l’idée: faire le tour des galeries (le week-end est dédié à la photo) et voir si la city est vraiment aussi trendy qu’on le dit. Pour vous donner envie d’aller y faire un tour, voici le top 5 de mes découvertes. Plantons le décor.

1. Le NRW Forum, en bord du Rhin. L’expo HUMAN  NATURE (à voir jusqu’au 19 avril) est tout simplement démente. Une brochette de grands noms (dont Vivian Maier, Simon Norfolk et Sebastião Salgado: oui celui du Sel de la Terre) et un lieu vraiment vraiment inspirant.

2. WOYTON, le spot idéal si vous vous lunchez sain, sympa et branché. Un bar qui permet de personnaliser vos salades, des cafés et des thés, une ambiance moins formatée qu’ailleurs. Comme à Berlin, mais en bord de Rhin.

3. Un  peu de mode? Oui, mais on oublie les labels bling, typiques de la Königsallee. Chez Milian, on shoppe du belge (Demeulemeester, Maison Margiela) et c’est pointu, pointu. Si j’ai résisté devant un manteau en mouton retourné Margiela à moitié prix? Oui! ….Déchirement!

4.  Les photos décalées d’Alfred Seiland (il s’est amusé à shooter des people allemands dans des lieux hors-du-commun) à la Villa Griesebach (jusqu’au 13/03) et celles, poétiques et un brin rétros, de Peter Marigoflou à la galerie Clara Maria Sels. Le tout dans le quartier de Carlstadt, à voir aussi.

5. Dr. Thompson’s, une cantine planquée dans les Docks, le nouveau hotspot de la ville. Dans cet immense espace industriel, l’ambiance est hétéroclite à mort. J’ai adoré le chef multi-tatoué (on aurait dit un ex-taulard renconverti en pro des fourneaux), le service attentionné, les tables d’hôtes longues de plusieurs mètres qui occupent tout l’espace et les viandes et poisson cuits au feu de bois.

TROP BIEN BERLIN DUSSELDORF.

Düssedorf, c’est une ville super DETOX…

Parce que les gens sont adorables, les restos branchés, mais pas trop et que les lieux de culture sont vivants. Très vivants. ♥♥♥♥♥♥♥♥♥.
Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.