Dolce, Dolce, Dolce

Dolce La Hulpe, spa Cinq Mondes

La semaine dernière, j’ai eu comme une envie de buller. Heureux hasard du calendrier, c’était aussi celle de l’anniversaire de l’homme, le prétexte était donc tout trouvé.

De (trop) nombreux projets sur le feu (d’où mon absence sur le blog), pas mal de stress… Ces deux derniers mois ont été plutôt chaotiques. Jusqu’à ce qu’un break s’impose de lui-même. Action/réaction, je booke sans trop réfléchir un week-end au Dolce La Hulpe, avec massage et tout le tralala, histoire de ne pas faire les choses à moitié. (Oui, c’était l’anniversaire de l’homme, pourquoi?).

C’est un peu pavlovien chez moi, quand je suis au bord de l’explosion, je pense Dolce. De tous les spa resorts de Belgique, pourquoi celui-là, me demanderez vous? D’abord parce qu’il est vraiment tout près de chez nous et que parfois, c’est juste bien de ne pas avoir à faire de longue route. Et qu’inversement, Bruxelles n’est qu’à un jet de pierre, pour les irrécupérables de mon espèce qui trouvent toujours une raison de faire un saut en ville. Le Brussels Creative Forum en l’occurrence.

Et puis, perso, je lui trouve un je-ne-sais-quoi à cet hôtel. Moi qui vis dans une ancienne usine à chaussures (ce qui n’a en rien calmé mon obsession, au grand désespoir de celui qui fêtait son anniversaire récemment), une reconversion d’anciens bureaux, forcément, ça me parle. Et comme en plus il s’agit d’anciens bâtiments IBM, la geek qui sommeille en moi n’est pas en reste. La fan d’architecture non plus.

En fait, plus que les  massages vraiment relaxants du spa Cinq Mondes – testés et approuvés -, plus que le cadre verdoyant de la forêt de Soignes, c’est cet ouvrage de béton et de verre typique des années 70 qui me fascine* et qui rend les séjours au Dolce si particuliers à mes yeux. Tout comme les Ball Chairs dans lesquels j’ai aussi bullé.

Le Dolce La Hulpe, c’est TRAVEL DETOX

Parce que c'est à la fois tout près de la ville et littéralement au cœur de la forêt de Soignes; et parce que l'hôtel, malgré sa taille et son architecture massive, donne l'impression d'un cocon cosy (comme les Ball Chairs).

Buller dans un Ball Chair au Dolce La Hulpe

* Un ouvrage de l’architecte danois Jørgen Bo, à qui on doit également le Louisiana, un superbe musée d’art moderne à 30 min. de Copenhague qui vaut vraiment le détour (pour la minute culture).

Stéphanie Zawadzki

Stéphanie, 34 ans, journaliste, webmaster et geekette de charme. Une fana de web, de mode et de photographie en pleine phase de tri.

Comments are closed.