De l’air!

_S5C33954

Les baskets Nike, ce n’est pas à proprement parler un truc detox. N’en déplaise à Stéphanie qui est parvenue à conclure en baskets (voir son chouette post à ce sujet), la Nike est à l’accessoire de mode ce que le coke light est au drink en cannette: un truc formaté, ultra marketisé, pas vraiment original et absolument pas terroir. Pas bien, quoi. Pas « dressing light » du tout, vous allez dire. C’est vrai.

Pourtant, en décembre dernier, la paire de Nike air que j’ai dégottée en ligne m’a fait changer mon point de vue sur la question. Pour planter le décor, je dois préciser que je cherchais une paire de chaussures cool, un peu rigolotes ET assorties au sublime vison vintage que m’avait offert Dalia, la créatrice du label One Off. Et voilà que je les vois sur le site d’Urban Outfitters: blanches avec juste un peu de nacré au milieu + une bande de cuir camel, top raccord avec la couleur de ma bête.

Je clique, j’achète illico (pas très FASHION DETOX non plus, ça!). D’autant qu’il y avait encore ma pointure, la vraie.* Quelques jours plus tard, je suis donc l’heureuse propriétaire d’une paire de baskets qui – je dois l’avouer – m’ont un peu effrayées au début. Avec tout ce blanc et ce nacré + mon vison, j’avais un peu l’impression de ressembler à une chanteuse de R&B en panne d’idées pour se faire remarquer depuis qu’elle n’est plus invitée aux Grammy Awards. Bref, elles auraient très bien pu finir dans le placard, ces baskets. Et là, forcément, c’était vraiment plus du tout Dressing Light comme démarche.

Puis, petit à petit, le miracle s’est mis à opérer. A Paris, un élagueur d’arbres m’a interpellée à proximité des Champs Elysées pour me dire à quel point il kiffait mes shoes. Même qu’il savait de quoi il parlait, m’a précisé son collègue: « il les collectionne ». Puis, c’est Nathalie Rykiel (la fille de Sonia) ** qui m’a très longuement zieutée lorsque je l’ai croisée au coin d’une rue à Saint Germain des Prés. Je sais pas si c’était le vison, les baskets ou les deux, mais le moins que l’on puisse dire, c’est que j’ai eu droit à un scannage en règle.

Pas plus tard que hier, l’animateur radio Michel Vincent les a immortalisées pour les poster sur la page Facebook de Vivacité Liège***. Mais ce qui m’a le plus touchée, c’est le mini-buzz qu’elles ont provoquées quelques heures plus tard, chez Hello James, l’atelier-boutique-showroom de la marque belge Niyona. Non seulement Nina, l’adorable créatrice du label, les a trouvées à son goût, mais elles l’ont même confortées dans l’idée d’explorer ce type de couleurs pour sa prochaine série d’accessoires.

Les NIKE AIR, c’est FASHION DETOX

Parce que certains modèles ont le mérite de faire s'enthousiasmer les gens. Et partager un même enthousiasme pour un objet (aussi formaté soit-il), c'est échanger des sourires, des impressions, des idées neuves. Et ça, dans notre petit monde parfois aseptisé, c'est plutôt rafraichissant comme perspective, non?

*Comme je ne suis que rarement la première sur le coche pour dégotter les sneakers en vue, je me rabats le plus souvent sur une pointure que « je disais que c’était la mienne, sauf que pas vraiment ». Conséquence: j’ai super mal aux pieds, même en sneakers. Un comble.

** Je ne la connais pas personnellement, bien entendu. Cette parenthèse sert juste à me la péter deux secondes. Un, deux… Retour à la vraie vie.

*** Vous pouvez d’ailleurs m’y retrouver un mardi sur deux à 16 heures 50 dans l’émission Aller-Retour. J’y distille ma collection de bons plans ardents, au féminin. Donc, parfois, de bons plans chaussures… Si vous êtes sages!

 

Photo: Alexander Von Buxhoeveden. Kolorsprod.com.

Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.