C’est MA Fête

IMG_0495

Cette semaine, au planning, il y avait: « voyage de presse Chantelle à Paris ». J’ai dit « oui ». Parce que…

1. j’adore Paris.

2. sur le planning, c’était inscrit: lunch chez Costes à midi.

3. Le Costes, c’est près de chez Colette. J’adore Colette*.

« Et Chantelle », me direz-vous? « Quel manque de conscience professionnelle ».

« Ah, oui, Chantelle… Et ben, j’aurais pas cru, mais c’était vraiment très bien ».

D’abord, parce que j’ai appris plein de trucs. Et vous ne le croiriez pas, mais il y a des fois: on n’apprend rien du tout pendant les voyages de presse. Et ça, ça m’énerve beaucoup. Même quand il y a Costes. Cette fois, en revanche, j’ai découvert une marque qui, sous ses airs de « lingerie pour mamy » « était plus désirable que prévu.

Cet été, Chantelle lance sa ligne de maillots en Belgique. Et même quand on n’est pas forcément dans le coeur de cible de la marque (les bonnets D et au-delà), Chantelle nous veut du bien. Parce qu’un 1 pièce ou un bikini qui galbe notre petit corps sans faire de pli, sans bailler, ni serrer et en nous donnant une silhouette de nageuse sexy (mais si que ça existe… Peut-être pas en Allemagne, mais ailleurs dans le monde, oui), ça n’a pas de prix….

Ou plutôt si: ça en a un qui, cerise sur le gâteau, reste tout à fait raisonnable en comparaison avec les maillots de créateurs carrément impayables. Donc, je like et je recommande. D’autant que pour les plus rondes, Chantelle, c’est vraiment un must. Et comme la marque ne fait pas les choses à moitié, elle a choisi un mannequin canonissime  qui fait une vraie taille 42. Et là, je dis « re-yes ».

Et puis, en me baladant dans les rayons, je tombe nez à nez (c’est le cas de le dire) avec un  soutien-gorge aussi pointu que rétro. Là, la vendeuse m’explique que Fête est le plus ancien modèle encore présent dans les collections Chantelle. Dingue: il me rappelle les soutiens en pointe de ma grand-maman. C’est clair: il m’en faut un. Genre Madeleine de Proust à porter tout près de mon petit corps/coeur.

Chantelle, c’est FASHION DETOX…

Parce qu'une marque pleine d'histoire(s) qui a habillé les moments intimes des femmes depuis autant d'années - et avec autant de rigueur- sans oublier de proposer, ça et là, des modèles carrément fashion**, c'est vraiment en phase avec la tendance no-nonsense qu'on aime tant.

* Mon butin, cette fois: un t-shirt Maison Labiche avec une broderie « crazy  in love » dessus, un CD The Sound Of The Season (un bestof des soundtracks de défilés que je ne peux que recommander) et 3 Sonny Angels de Pâques (ma version perso de la châsse aux oeufs).

**dont un triangle OPERA noir repéré dans la prochaine collection AH 2014/2015.

Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.