c’est pas grave/é

2020

La première fois que je me suis vraiment intéressée à la gravure, c’était… Il y a une poignée d’années. Marc, un ex-amoureux, m’avait offert un calendrier de la Nouvelle Poupée d’Encre, un collectif d’artistes liégeois qui expose d’ailleurs très prochainement aux Métiers D’arts. Face à ce calendrier, j’ai vu que la gravure, c’était pas juste un truc vieillot, tout gris et franchement pas sexy. Du coup, cet après-midi (malgré le joli soleil de printemps), je me suis dit qu’il était temps que je fasse un saut à l’expo phare de la Biennale Internationale de gravure contemporaine (à voir à Liège jusqu’à la fin du mois de mai). D’autant que c’est la dixième édition et que c’est tout, sauf vieillot et gris.

Autant le préciser tout de suite: je ne suis jamais parvenue à suivre jusqu’au bout la moindre explication relative à cette technique. Je préfère, du coup, me concentrer sur son côté magique et secret. Et même quand on occulte complètement le making of, le résultat est suffisamment enthousiasmant pour se passer de la théorie. Je vous laisse donc vous faire votre propre idée, mais quel que soit votre coup de coeur, n’oubliez pas, avant ou après ce rendez-vous incontournable, de faire un  détour par les autres expos organisées en marge de cette biennale, dont Pierre, Papier, Lino (notre photo), à voir à la Galerie Quai4 jusqu’au 25 avril.

Et c’est pas grave… si, au final, vous ne comprenez toujours pas la différence entre linogravure, estampe, etc…L’important, c’est l’émotion, la surprise, l’humour, le questionnement. Et là, je peux vous l’assurer: il y a de quoi faire. Vous verrez.

Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.