Sur la mini vague

_s5c5688

J’assume (et pas qu’un peu d’ailleurs):  je ne partage pas le point de vue de ceux qui ont massacré Vanessa (et son coiffeur, le sublime John Nollet) après son changement de look du printemps dernier. Moi, les gens qui changent, coupent, tournent la page, j’adore. Je trouve ça fun, libérateur et super rafraichissant. Alors, oui, je sais, les cheveux longs sont un piège à mecs. Quand j’ai coupé pour la première fois à 15 ans, mon meilleur ami de l’époque m’avait même prévenu: « jamais tu te trouveras un amoureux avec une coupe comme ça ». J’ai tenu bon.

C’est pas que je les adore mes cheveux, c’est juste que j’ai appris à accepter d’être nulle en brushing. Et donc de sortir tous les matins « comme je suis », c’est à dire pas coiffée. D’où l’intérêt d’un truc qui se remette tout seul en place et qui ne me prenne pas … la tête. Et qui soit un minimum sexy aussi. La semaine dernière, j’ai  rencontré Jeremy, un coiffeur bruxellois fort sympa à qui j’ai touché un mot de mon envie (comme quand j’avais 15 ans) de tenter… la mini-vague. Oui, le truc qui frisotte, vit sa vie et qui est encore plus beau en mode « sortie de l’eau » post mer et piscine.

Il ne m’a pas contredit, Jeremy. J’aime quand on ne me contredit pas. Et vous savez quoi? Une mini-vague plus tard, je me sens super en phase avec mes bouclettes. Un peu Vanessa et fort fort moi. Plus de brushing, un bon shampoing et une huile sèche pour nourrir les pointes (enfin quand j’y pense) et voilà. De l’anti-prise de tête, juste comme j’aime. Pour info: Jeremy est sur le point de s’installer dans un nouvel espace conçu dans un esprit « salon de beauté » global. C’est prévu pour début 2015.

La permanente 2.0, c’est BATHROOM DETOX…

Parce que ça m'a rappellé mes 15 ans et rien que ça, ça me met de bonne humeur le matin. Si j'avais su, j'aurais surfé sur la vague bien plus tôt.

Photo: KOLORPROD (Alexander Von Buxhoeveden).

Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.