Archi-chouette

Ils sont architectes de formation, mais ils créent aussi des sacs au drôle de nom d’oiseau…

Vous vous souvenez de la pochette que je portais lorsque Marie et moi on vous a proposé notre interprétation du jeans? Et bien, c’est eux.

Eux, ce sont elles, Carolina et Francesca, et lui, Adrian. Elles et lui se sont rencontrés à Florence pendant leurs études. Ensemble ils ont eu envie de créerdes sacs, sous le label Passerin non-pareil. Oui, mais des sacs qui se construisent (on est architectes ou on ne l’est pas). Entendez « composables », « customisables ».

Une idée qui a fait son chemin jusqu’à Bruxelles, ville dont sont tombés amoureux Carolina et Adrian – un gage de bon goût ;-) . Ils y ont développé leur concept (2 modèles déclinés en différents coloris avec un rabat interchangeable et une lanière amovible). Simple, efficace, ludique. Le tout de belle facture, avec de beaux matériaux, un tannage végétal de qualité et une volonté de fabrication éthique; ça, c’est le rôle de Francesca qui supervise la production en Italie.

Ce week-end de Fashion week, ils présentaient au salon Première Classe à Paris leur prochaine collection, Busy City.

La première fois que je l’ai vue, cette collection – et que j’ai rencontré Carolina et Adrian – j’ai eu un coup de cœur; tant pour les sacs que pour leurs créateurs, de vrais passionnés.

Busy City, c’est une collection très graphique. Sa particularité, c’est que ses motifs géométriques sont en fait des détails de bâtiments photographiés par les architectes au cours de leurs voyages et imprimés sur les sacs. Et le résultat est carrément canon.

Moi qui suis dingue d’architecture et de photographie, ça ne pouvait que faire clic, me direz-vous. Il y a probablement de ça, mais si j’adhère autant, c’est parce que ces pochettes* ont la faculté de nous faire voyager, de Bruxelles à Tokyo en passant par Milan, New York ou Shangai et, l’air de rien, de nous faire ressentir un peu de l’esprit de la ville. Et ça, moi, j’aime.

Et puis, le choix est plutôt audacieux parce que ce type d’architecture d’esprit rationnel n’est pas forcément d’un abord des plus faciles. Et ces sacs nous incitent à élargir le regard. Depuis ma pochette, je vois le bâtiment de la confédération de la construction, rue du Lombard, sous un autre jour. Et ça, c’est un joli pied de nez à tous ceux qui prétendent que la mode n’est que futilité. Même que le Centre Pompidou a déjà réclamé des exemplaires pour sa boutique.

* Le modèle « Palette » sera également proposé dans une déclinaison Busy City. Il faudra patienter jusqu’à l’automne pour shopper ces beautés sur le site de Passerin non-pareil. Ou prévoir une petite virée à Paris. Il y a justement une expo passionnante sur la photographie qui vient de commencer au Centre Pompidou, où les sacs sont déjà exposés dans la boutique. Après Bruxelles, moi, je craquerais bien sur Milan et Tokyo et…

Stéphanie Zawadzki

Stéphanie, 34 ans, journaliste, webmaster et geekette de charme. Une fana de web, de mode et de photographie en pleine phase de tri.

Comments are closed.