Adventure is…

IMG_1427

Vous vous êtes déjà demandée ce que le mot Aventure signifiait pour vous? Le label Primark se l’est posée, cette question. Du coup, moi aussi. Hier, la société irlandaise avait rassemblé la presse internationale dans un joli showroom de Londres (une sorte de loft de campagne trop mimi) pour présenter, en preview, sa collection automne-hiver 2014. Le thème: ADVENTURE AWAITS, une sorte de balade très inspirante dans le terroir irlandais, berceau du label. Une occasion de se demander ce qui, à cet instant précis, évoquait pour nous le mot aventure.

La première idée qui m’est venue à l’esprit, c’est la couleur. Parce que c’est en piochant mes premiers vêtements de couleur chez Primark en mars dernier (vu que je me remettais à la couleur après plusieurs décennies de black & beige, je ne voulais pas prendre trop de risques…) que j’ai repris goût au dressing arc-en-ciel. Vraiment. Et je pense même qu’il n’y aura pas de retour en arrière. Pourquoi? Parce que hier, en jetant un oeil aux collections hiver de Primark, j’ai directement zoomé sur le grand manteau rose poudré… Maintenant, je sais que la couleur, elle est dans ma tête. C’est plus qu’un choix stylistique. C’est un état d’esprit. 

Pourtant, je ne vous cache pas qu’entre Primark et moi, c’est un peu compliqué. (oui comme sur certains statuts Facebook…) Disons qu’après avoir complètement ignoré le phénomène pendant plusieurs années*, j’ai fini par aller m’y frotter par curiosité. Cette enseigne traduit parfaitement notre époque: une époque de crise où rhabiller toute une famille pour 50 euros est une nécessité. Mais aussi une époque de surconso où une fille qui s’est ruinée chez Marc Jacobs la veille se dit qu’un quarantième t-shirt rigolo à 2 euros n’est jamais de trop.

Pour moi, l’aventure ne consiste évidemment pas à accumuler 10.000 pièces dans mon dressing. L’aventure, c’est de ne pas me braquer sur des préjugés. Comme ceux que j’avais à l’égard de Primark. Hier, lorsque j’ai papoté avec Faye, responsable du studio de création Primark de Dublin, j’ai senti qu’on avait un peu la même perception de l’aventure, elle et moi. Une aventure qu’elle vit, deux fois par an,  à New York, Tokyo ou Reykjavik en quête d’images, de visages, d’impressions, d’allures nouvelles à intégrer dans les collections.

Une saison qui a pour thème l’aventure, c’est FASHION DETOX…

 »Parce-que

* Vu que je suis Liégeoise, j’ai « mon » Primark depuis plein d’années. La marque prévoit toutefois pas moins de 4 ouvertures avant la fin de l’année: à Bruxelles (rue Neuve), Anvers, Gand et Hasselt.

Photo: Chemise fleurie et sweater Primark, manteau Zara.

Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.