1947, année érotique

23_dior_c_gregoire_alexandre_1

Ma mère est née en 1947, l’année du New Look. Donc, pour être tout à fait franche, ce serait plutôt 46 l’année érotique de mes grands-parents. Il n’empêche: ma mère est un bébé de 1947. Et 1947, c’est une année clé dans l’histoire de la mode. Tellement clé qu’elle méritait une expo. Pour moi, une belle occasion de me plonger dans la décennie qui a vu naître  mes parents..

Le concept de celle qui s’est ouverte la semaine dernière au Musée Galliera est simple: mettre en lumière 10 ans de création française. 10 ans qui ont tout changé. Une poignée d’années durant lesquelles quatre grandes maisons donnaient le ton: Dior, Balenciaga, Fath et Balmain. Ce qui fascine dans cette époque, c’est aussi son côté psycho-rigide. Rigide  de l’ourlet devrait-on dire. Un ourlet à 33 centimètres du sol, obligé.

Un look rigide-  entre taille appuyée et jupe gonflée-  qui a tellement… GONFLE Chanel (déjà retraitée) qu’elle avait décidé de revenir en mode pour décoincer tout ça. Entre les tailles de guêpe de Dior et les robes sportwear de Coco, j’aurais, à la place des femmes de l’époque, vite choisi mon champ. Côté buzz, les fifties n’étaient pas moins fun qu’aujourd’hui. J’ai par exemple découvert que Martin Margiela n’est pas le premier créateur de l’histoire à avoir joué à cache-cache avec les journalistes. Cristobal Balenciaga n’aimait pas trop ça non plus de montrer sa binette aux photographes! Comme quoi, le buzz et l’anti buzz, ça ne date pas d’hier!

L’expo Les Années 50, c’est CULTURE DETOX…

Parce que - c'est Olivier Saillard, le directeur du musée qui le dit - si cette expo parle de luxe, c'est surtout d'un point de vue créatif qu'elle le fait. Car c'est ça le vrai luxe. Le luxe de créer, d'avancer, de se dépasser. C'est ça qu'on adore.

Les Années 50, une expo à voir jusqu’au 2 novembre 2014.

Photo: Robe Bonbon Christian Dior (1947).

 

Marie Honnay

40 ans (et oui), écrit et se passionne pour à peu près tout (à condition que vous lui expliquiez gentiment). Elle aime aussi l’idée de s’alléger en beauté et de se libérer de tout ce qui est formaté.

Comments are closed.